Le Visa Francophone

La francophonie est ressentie, en France, comme « les ombres de la caverne de Platon », c’est à dire le reflet inconnu de jeux diplomatiques à haut niveau, auxquels l’opinion publique, même éclairée, ne se sent ni l’intérêt ni le droit de participer. Ce qui fragilise une politique entrant en concurrence avec la politique européenne de la France en particulier. La circulation facile des personnes est la marque la plus forte d’une réelle interdépendance et d’une unité vécue. En ce sens l’Alliance milite pour l’établissement d’un document administratif qui devrait permettre une meilleure circulation des francophones dans leur espace et dans des conditions de dignité conformes à nos valeurs. Ce document serait assorti d’un certain nombre d’obligations de résultats et de restitutions des connaissances au pays d’origine. Les personnes susceptibles d’obtenir ce document pourraient appartenir aux catégories suivantes : Chercheurs d’institutions publiques et privées ; étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur aux 2è et 3è cycles (en supprimant le cercle vicieux qui consiste à devoir être en France pour pouvoir s’inscrire !) ; sportifs pour des compétitions et entraînements ; artistes et créateurs ayant des raisons professionnelles (travail, enseignement...) ; hommes politiques ; syndicalistes ; chefs d’entreprise ; journalistes ; cas exceptionnels comme décès d’un membre de la proche famille. Le « visa francophone » devrait être accordé plus facilement : soit par une présomption de visa pour des personnes inscrites sur une liste en fonction des critères énumérés plus haut, qui donnerait aux services consulaires la possibilité de s’opposer formellement dans un certain délai... soit par une procédure accélérée et prioritaire qui aurait « l’inconvénient » d’être visible de tous les autres ! enfin cette pratique devrait être complétée par un dispositif équivalent à la carte verte américaine par tirage au sort, réservée aux citoyens de la francophonie. Ce dispositif, qui devrait exister dans tous les autres pays de l’Espace Francophone, donnerait corps à une vraie solidarité visible et hautement significative au sein de la francophonie.