Editorial

Jean Guion Jean Guion

LOUISE MUSHIKIWABO SECRÉTAIRE GÉNÉRALE DE L’OIF : UN PARCOURS D’EXCEPTION...

L’élection de Louise Mushikiwabo comme Secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) vendredi 12 octobre à Erevan en Arménie, consacre un parcours hors du commun, aux confluences de la double influence diplomatique rwandaise et africaine. Elle offre également à la nouvelle patronne de l’OIF un champ d’opportunités à saisir, dans la perspective d’une francophonie plus interactive et inclusive. Des collines de Kigali à l’Avenue Bosquet dans le 7ème arrondissement de Paris, se déroule la trame d’une histoire entrecoupée de drames familiaux et personnels (ceux du génocide de 1994), mais aussi de force, de courage et de détermination.


Cohésion des partenaires stratégiques francophones
La vingtaine d’Etats africains membres à part entière de l’OIF convient, pendant le 31ème sommet de l’UA tenu à Nouakchott (le 2 juillet 2018), du principe d’une candidature unique au Secrétariat général de l’OIF. Le maintien de cette cohésion sera, en partie déterminant, de l’accompagnement et du soutien qu’apporteront les partenaires stratégiques francophones que sont la France, le Québec et le Canada à la candidate rwandaise, qui est aussi la candidate de tout le continent africain.

Une tête bien faite et bien pleine pour restaurer l’organisation
C’est donc à une tête bien faite et bien pleine, que reviendra la responsabilité de faire face aux nombreux défis de son accession à la tête d’une institution parcourue, ces dernières années, des spasmes d’un leadership au rabais. Il lui faudra, dans l’urgence : restaurer le crédit d’une organisation qui en a le plus grand besoin ; demeurer à l’écoute des nombreux partenaires intermédiaires sans lesquels l’OIF ne peut entendre battre le cœur de la francophonie ; incarner et consolider les valeurs de la francophonie, en promouvant notamment la circularité des talents et compétences dans l’espace francophone.

Une riche expérience de trente ans
Nul doute que la nouvelle Secrétaire générale sera à la hauteur de toutes ces attentes. Pédagogue, communicatrice et diplomate, sa riche expérience des trente dernières années la prédispose à assurer une gouvernance institutionnelle fondée sur la nécessité d’un compromis agissant.

Son ancrage en Afrique, un avantage réel
Il est un autre élément d’appréciation, capital, en faveur de la nouvelle Secrétaire générale : son ancrage en Afrique, en particulier dans l’Afrique des Grands Lacs, carrefour d’influences sociolinguistiques et culturelles diverses, et dans laquelle s’imposent, quotidiennement, de nouvelles manières d’être francophone.

L’Alliance Francophone se réjouit de cette promotion de Madame Louise Mushikiwabo à la tête de l’OIF, et formule, à son endroit, ses plus vives et chaleureuses félicitations.

Jean GUION
Président international de l’Alliance Francophone